BMW, Serie ,3, 320d Luxury Elle représente un tiers des ventes de BMW, la Série 3 est de retour avec cette sixième génération. Plus longue de 9 cm, l’Allemande affiche 4,62 mètres. Elle profite d’un nouveau châssis et de lignes affinées, tout en restant fidèle à la propulsion. Notre voiture d’essai est une 320d en finition haut de gamme Luxury et boîte automatique à 8 rapports. Comptez au minimum 45.650 euros. A bord, pas de surprise. Comme l’indique notre finition Luxury, l’accueil est haut de gamme. La console centrale, légèrement tournée vers le conducteur et l’accoudoir central imposant délimitent franchement le poste de pilotage de celui du passager. Bons points pour l’écran 16/9 couleur et la commande de l’iDrive, moins bien pour le maintien latéral des sièges et le manque de rangements. Moteur sur le 2.0 litres diesel de 184 chevaux. Bruyant dans les tours et au redémarrage du Stop&Start, le bloc s’avère performant et ultra-sobre, 4,5 l/100 km en moyenne avec la boîte automatique à huit rapports, aussi docile que précise. On en oublierait presque les palettes, reléguées au second plan. La Série 3 reste fidèle à la propulsion avec un comportement dynamique, voire sportif. A l’arrière, la banquette est ferme mais légèrement surélevée, ce qui donne une bonne visibilité vers l’avant. Les passagers gagnent 4 centimètres aux jambes par rapport à l’ancienne génération. Au centre, le tunnel de transmission s’avère gênant pour le passager du milieu, obligé de placer ses