L’époque où le “mécanicien” avait en permanence le nez dans le moteur et les mains dans le cambouis est de plus en plus révolue. Pour remplacer un joint de culasse ou des plaquettes de freins, le mécanicien utilise toujours ses outils traditionnels (tournevis, clés, pinces, marteaux…) mais les automobiles sont désormais truffées d’électronique (freinage ABS, climatisation,…) qui exigent une prise en charge informatique des pannes. Le diagnostic du mécanicien porte en premier lieu sur le contrôle / réglage des moteurs thermiques et les éléments de liaison au sol. Changement d’éléments mécaniques, pose d’accessoires, réglages et mises au point (injection, suspension…) sont ses interventions courantes. Il effectue également les révisions systématiques : vidange moteur, contrôle des freins, contrôle antipollution. Interlocuteur privilégié du client, il l’accueille, le conseille, lui vend équipements et accessoires.